Testament d'Anthoine de Cremoux

De CremouxPedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Deux copies du testament d'Anthoine de Cremoux existent aux archives départementales de la Dordogne à la cote 12 J 2. Ce testament fut établi le 7 juin 1580 à Périgueux par Defieux, notaire royal.


L'une des copies est datée du 1er juillet 1667, le même jour que pour son contrat de mariage. On sait donc par analogie à quelle occasion celle-ci fut faite : c'était en préparation de la généalogie qui allait être demandée à Joseph de Cremoux en vertu de la première recherche de la noblesse lancée par Louis XIV quelques mois plus tôt. On y voit que cette copie fut tirée du registre des insinuations du greffe du présidial de Périgueux.


Cette première copie est citée dans l'ordonnance de maintenue de noblesse du 10 juillet 1704 rendue en faveur de Joseph de Cremoux par l'intendant Yves-Marie de La Bourdonnaye.


Enfin, on peut voir tout à fait à la fin que cette copie du testament fut aussi signiffiée le 19 mars 1745 dans l'affaire qui opposa Jean-Baptiste de Cremoux et le syndic des habitants de Saint-Martin de Ribérac à propos des tailles.


La deuxième copie est, si l'on peut dire, la copie originale, qui dut être délivrée à Anthoine de Cremoux lors de l'établissement de son testament puisqu'elle comporte la signature du notaire Defieux.


Transcription de la première copie

Première page

Au nom de Dieu, à tous présent et advenir, le septiesme jour du mois
de juin mil six cent quatre vingts,
en la maison de noble Anthoine
de Cremoux, sieur de Madrageis,
avant midy. A esté préseant et personnellement
constitué ledit sieur noble Anthoine
de Cremoux, lequel estant mal disposé
de sa personne et en son mallade, toutes
fois sain de son entendement, considérant
ny avoir chose sy certaine que la
mort ny plus incertaine que l'heure
d'icelle, ne voulant décéder ab intestat,
à ceste cause, a faict et ordonné
son testemant non cupatif et dernière
volonté en la forme et manière que
s'en suit. Premièrement ledict sieur
Cremoux a recommandé son âme et
son corps à Dieu, le père, le fils, le